Xtreme Team Parkour

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

KNOW TO FLOW

DASPA


Suite à nos recherches, nous avons pris connaissance du Dispositif d’Accueil et de Scolarisation des élèves Primo-Arrivants (DASPA).


Le dispositif accueil des élèves dans différentes écoles de la capitale. Nous avons choisi de travailler avec l’Institut Saint-Jean Baptiste de la Salle (section secondaire). L’école nous a bien accueillis et nous a permis de faire connaitre notre projet à tous les élèves DASPA.


Le parkour a été présenté aux participants par le biais d'outils multimédias tels que des images de différents athlètes en mouvement, mais aussi par le partage des moniteurs de leurs propres expériences dans la pratique physique, philosophique du parkour et leur origine. Il faut mentionner que deux de nos porteurs du projet étaient des primo-arrivants.


Une fois la présentation faite, nous avons ouvert les inscriptions à l’activité


Activités

Nous avons organisé un stage d’une semaine de parkour et multisports. Ensuite, ceux qui le désiraient pouvaient s’inscrire pour le troisième trimestre au cours de parkour bi-hebdomadaires organisés par Xtreme Team.


Durant la semaine de stage, les jeunes ont eu l’occasion de s’essayer au parkour. Les cours ont été donnés selon le schéma classique : c'est à dire un échauffement musculaire et articulaire, l'apprentissage même des différents mouvements et de la réflexion nécessaire à l'approche du parkour, et pour finir, un étirement des groupes musculaires utilisés.


Des exercices de passements et franchissements ont été enseignés dans le but de, d’abord, familiariser les participants aux mouvements de base du parkour.


S'en sont suivis des exercices plus complexes ainsi que des combinaisons de mouvements afin de développer leur motricité et d'éduquer leur corps au mouvement.


Des exercices acrobatiques et d’audace ont également étés proposés pour développer le contrôle de leur corps dans l'espace.

Durant la semaine de stage, les jeunes ont aussi eu l’occasion de s’essayer à différents sports comme le golf, la natation, le paintball, différents jeux de balle (basket, foot, handball, base-ball, etc.)

Ces activités ont aidé au renforcement des liens et à la cohésion du groupe ainsi qu'à l'utilisation des différents transports en communs de Bruxelles. En effet, les certains jeunes n’osaient pas se déplacer seuls et un moniteur allait les chercher tous les matins du stage pour les aider à se déplacer en transports en communs. Ils ont aussi pris le train pour aller Braine-le-Comte pour l’activité de paintball.



L'objectif de ce projet était de cibler la mise en place de points de repères pour les primo-arrivants au sein de la société bruxelloise.


Pour ce faire, les participants ont été plongés dans un milieu francophone, permettant ainsi la possibilité de créer des liens.

L'outil utilisé dans le cadre de ce projet est le parkour.


Des activités sportives supplémentaires ont aussi été mises en place afin de familiariser les participants aux activités diverses.

Mise en place des idées

Le projet a été réalisé via l’appel à projet IDcity via le soutient de l'association Fonds Prince Philippe.

Nous avons rencontré un coach d’Idcity et avec lui, nous avons fait la mise en commun des idées et la mise en place d'un plan d'approche du projet. Nous avons acquis des outils qui nous ont permis de mieux cibler nos objectifs et aussi de choisir le nom du projet.

Une fois le concept défini, nous avons fait une vidéo de présentation. Cette vidéo nous a servi de carte de visite dans différents milieux, que ce soit dans les écoles, les associations ou même lors de la rencontre avec sa Majesté le Roi Philippe.

Suite à l'achèvement du stage, les différents objectifs ont été atteints: les participants se sont intégrés au groupe, pouvant communiquer plus facilement et se sentant plus à l'aise en milieu francophone , la pratique du parkour leur a permis de se surpasser , d'évoluer et surtout de quitter leur zone de confort et s'ouvrir aux autres. Le feedback des pratiquants témoigne du bon travail pendant les activités.


Les activités supplémentaires ont fortement aidé à la socialisation des participants et la création d'attaches au sein de la communauté bruxelloise.


En ce qui concerne la continuité, notre projet a été présenté à différents médias et aussi à d’autres écoles qui participent au DASPA. Il faut savoir qu’à Bruxelles, il existe au moins une douzaine d’écoles de ce type qui compte un minimum de 24 élèves primo-arrivants, ce qui nous donne une fourchette de 240 participants potentiels à notre projet. Notre association continuera à proposer ses activités à toutes les écoles mais aussi à toutes les associations et institutions intéressées.


Nous avons créé une vidéo documentaire qui retrace le parcours de notre projet. 
Nous voulons servir d'exemple pour inspirer d'autres porteurs des projets à avoir les mêmes initiatives.